Artistes associé(e)s – Artistes en résidence 19/20

ARTISTES ASSOCIÉ(E)S 19/20

 


Aurore Evain – COMPAGNIE LA SUBVERSIVE

Parallèlement à sa formation de comédienne aux Conservatoires des Xe, VIe et XIIIe arrondissements de Paris, elle suit le cursus d’Études théâtrales de la Sorbonne-Nouvelle, avec une spécialisation en histoire de l’Ancien Régime. Ses recherches et créations portent un intérêt particulier aux rapports femmes-hommes et à la question du genre dans les arts du spectacle, notamment par la mise en valeur des créatrices passées et du matrimoine.

Elle codirige l’édition en cinq volumes de l’Anthologie du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime chez Classiques Garnier et a publié un essai sur L’Apparition des actrices en Europe aux éditions L’Harmattan. Elle a mené d’importantes recherches historiques ayant permis de faire réapparaître le terme autrice, féminin d’auteur. Elle donne régulièrement des conférences et anime des séminaires sur le matrimoine théâtral, en France et à l’étranger, à la demande des universités, des institutions culturelles ou des collectivités territoriales. Aurore Evain est également artiste associée du Théâtre des Îlets – Centre Dramatique National de Montluçon.

À La Ferme de Bel Ébat, elle coordonne le projet Édifier notre matrimoine : il s’agit de faire émerger l’héritage culturel féminin, à savoir rendre à nouveau visible les biens artistiques transmis par les femmes qui nous ont précédé, afin de les intégrer à notre héritage universel et leur donner enfin la place qu’elles auraient dû avoir si l’Histoire ne s’était pas écrite au masculin.

Cette saison, elle coordonnera la Bal(l)ade des Dames, une promenade sonore dans la ville de Guyancourt à la découverte du matrimoine, mettra en scène La Folle Enchère de Madame Ulrich puis Le Verfügbar aux enfers, une opérette à Ravensbrück de Germaine Tillion sur une musique d’Isabelle Olivier avec l’atelier de théâtre amateur et, entre autres, des élèves musiciens du lycée franco-allemand de Buc. Elle animera également plusieurs ateliers en milieu scolaire.

Le projet Édifier notre matrimoine bénéficie du soutien du Ministère de la Culture, Direction régionale des affaires culturelle d’Île-de-France (Service du développement et de l’action territoriale).
Action financée par la région Île-de-France.

 

 


Pascal Antonini
COMPAGNIE PÉRIPHÉRIQUES

Formé à la mise en scène à l’Académie Russe des Arts du Théâtre de Moscou avec Natalia Zvereva et Anatoli Vassiliev, il a mis en scène une vingtaine de spectacles professionnels et dirigé une trentaine de lectures ainsi qu’une soixantaine de travaux d’élèves. Hétéroclite dans son parcours, il aspire principalement à la découverte de nouveaux textes qui tendent vers un bousculement de la forme théâtrale aussi bien pour l’acteur que pour le public. La formation de l’acteur autour des écritures contemporaines est un axe majeur de sa recherche artistique. Pédagogue, il enseigne au conservatoire à rayonnement régional de Créteil (94), où il prépare les élèves aux concours des écoles nationales, et assure la direction d’ateliers pratiques à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne-Nouvelle – Paris III.

En parallèle de ses créations, il a conçu de nombreuses actions artistiques notamment vers le jeune public. Dernièrement, il a monté Compagnie, un monologue de Samuel Beckett au Studio Théâtre de la Comédie-Française et Tu as été un homme mon fils de Dominique Sampiero. Il est artiste associé au CDN de Montluçon – Théâtre des Ilets à partir de cette saison.

À La Ferme de Bel Ébat, il a joué Parabole (2013) et Monsieur, Blanchette et le Loup (2016) de José Pliya, Le Violoncelle poilu d’Hervé Mestron ainsi que Pinocchio (2016) de Joël Pommerat et Peter Pan (2018) de Rob Evans avec la jeune troupe du théâtre.

Cette saison, il met en scène et crée Toiles d’araignées d’Eduardo Pavlovsky et avec la troupe d’adolescents Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? de Sylvain Levey à l’issue d’une résidence de création. Il jouera Cendres de Marbella d’Herve Mestron dans les lycées de Guyancourt. Il animera également avec les comédiens de sa compagnie plusieurs ateliers en milieu scolaires ou en direction des habitants.

La résidence territoriale artistique et culturelle en milieu scolaire bénéficie du soutien du Ministère de la Culture, Direction régionale des affaires culturelle d’Île-de-France (Service du développement et de l’action territoriale). Action financée par la région Île-de-France.

 

 


Isabelle Olivier – COMPAGNIE MÉTAMORPHOSE

Jazzwoman et harpiste à la forte personnalité musicale, Isabelle Olivier apporte une vague de fraîcheur et de nouveauté sur la scène internationale en y révélant un instrument surprenant et inédit. Elle développe un style très reconnaissable dès les premières notes de son instrument fascinant et rare.

Isabelle Olivier a composé, arrangé et enregistré 9 CD et un DVD. Évoluant aux frontières du jazz, des musiques celtiques et actuelles, elle est sollicitée dans le monde du cinéma et du spectacle vivant. Elle a ainsi composé les musiques de 5 films pour Agnès Varda ou Abdellatif Kechiche et de nombreuses musiques pour le théâtre. Elle a joué ses créations musicales dans 23 pays.

Depuis six ans elle développe un projet franco-américain et partage son temps entre les deux pays. Cherchant à établir des ponts entre les cultures et les générations, elle poursuit des deux côtés de l’Atlantique, avec des artistes de divers horizons, elle poursuit maintenant un projet de trois ans, In Between, sur le thème des lisières des deux côtés de l’Atlantique avec des musiciens, danseurs, plasticiens, poètes et comédiens. Élue par la fondation américaine Face en 2018 sur son projet « O.A.S.I.S » en co-leader avec Rez Abbasi guitariste, ils explorent le potentiel hypnotique de la rencontre guitare et harpe. Elle a eu la chance de collaborer avec des personnalités exceptionnelles telles que Peter Erskine, Didier Lockwood, Ernie Adams, Mitch Haupers, Paul Wertico, autant dans le domaine musical que dans d’autres disciplines. Ils lui ont permis de tracer une route artistique magnifique à partir de la musique.

Cette saison, à La Ferme de Bel Ébat, elle présentera ses nouvelles créations, @Welcome et Du monde entier tout en interprétant A Ceremony of Carols. Elle mettra aussi en musique Le Verfügbar aux enfers, une opérette à Ravensbrück de Germaine Tillion mise en scène par Aurore Evain avec l’atelier de théâtre amateur et animera plusieurs ateliers en milieu scolaire.

La résidence d’Isabelle Olivier bénéficie du soutien spécifique du Ministère de la Culture (direction générale de la création artistique) et de la SACEM au titre du dispositif de compositeur associé dans les scènes pluridisciplinaires. Action financée par la région Île-de-France.

 

 

ARTISTE EN RÉSIDENCE 19/20

Mylène Bonnet – COMPAGNIE LA KESTAKABOCHE

Formée au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique dans les classes de Jacques Lassale et Dominique Valadie, Mylène Bonnet est metteuse en scène et directrice artistique de la compagnie La KestaKaboche. Depuis 2011 elle a choisi d’axer ses productions sur les femmes, que ce soit dans le choix des autrices, des thématiques ou des équipes artistiques. Elle est également membre de l’association HFégalité Femme Homme dans le spectacle vivant.

En résidence durant une année dans les conservatoires de Bobigny et Pantin, Mylène Bonnet a travaillé sur la thématique des Amazones et du matrimoine avec des élèves en théâtre, danse et chant. Sa nouvelle création Les Amazones, fait écho aux combattantes d’aujourd’hui comme les femmes kurdes du PJK. Cette œuvre reflète bien l’ambition de Mylène Bonnet : « faire découvrir aux générations futures des œuvres oubliées de femmes ». Déjà en 2012, elle avait monté Le Procès de Bobigny, adaptation du procès conduit par Gisèle Halimi en 1972 qui contribua à la dépénalisation de l’avortement. Après son travail amorcé en 2017-2018 dans le cadre de la résidence avec des jeunes en formation dans les Conservatoires à Rayonnement Départemental
de Seine Saint Denis, La Ferme de Bel Ébat programme cette saison, à l’issue d’une résidence de création, Les Amazones.

La résidence de création de Les Amazones bénéficie du soutien du Ministère de la Culture, Direction régionale des affaires culturelle d’Île-de-France (Service théâtre).  Action financée par la région Île-de-France.

Toutes ces résidences bénéficient du soutien de la région Île-de-France par le biais d’une convention de permanence artistique et culturelle.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×