Artistes associé(e)s – Artistes en résidence 21/22

Jeunes de la classe départ de dos tendant les mains ver le haut

ARTISTES ASSOCIÉ(E)S 21/22


Aurore Evain
COMPAGNIE LA SUBVERSIVE

À La Ferme de Bel Ébat, Aurore Evain coordonne le projet Édifier notre matrimoine qui vise à faire émerger l’héritage culturel féminin, à savoir rendre à nouveau visible les biens artistiques transmis par les femmes qui nous ont précédées, afin de les intégrer à notre héritage universel et leur donner enfin la place qu’elles auraient dû avoir si l’Histoire ne s’était pas écrite au masculin. (voir p. 81)

Cette saison, elle dirige la Bal(l)ade des Dames #3, une promenade sonore dans la ville de Guyancourt à la découverte du matrimoine, met en scène et interprète Mary Sidney Alias Shakespeare, crée Contes des Fées d’après l’œuvre éponyme de Marie-Catherine d’Aulnoy et Presqu’Illes de Sarah Pèpe avec l’atelier adulte de théâtre amateur. Elle anime par ailleurs avec les artistes de sa compagnie plusieurs ateliers en milieu scolaire.

Aurore Evain est également artiste associée du Théâtre des Îlets – Centre Dramatique National de Montluçon.

Isabelle Olivier
COMPAGNIE MÉTAMORPHOSE

Jazzwoman et harpiste à la forte personnalité musicale, Isabelle Olivier apporte une vague de fraîcheur et de nouveauté sur la scène internationale en y révélant un instrument surprenant et inédit. Elle développe un style très reconnaissable dès les premières notes de son instrument fascinant et rare.

Isabelle Olivier a composé, arrangé et enregistré 10 CD et un DVD. Évoluant aux frontières du jazz, des musiques celtiques et actuelles, elle est sollicitée dans le monde du cinéma et du spectacle vivant. Elle a ainsi composé les musiques de 5 films pour Agnès Varda ou Abdellatif Kechiche et de nombreuses musiques pour le théâtre. Elle a joué ses créations musicales dans 25 pays.

 

Cette saison, elle présente à l’Auditorium de La Batterie sa nouvelle création, Smile, avec l’artiste de cirque Sylvain Julien. Elle anime également plusieurs ateliers en milieu scolaire durant la saison.

 

 

 

Pascal Antonini
COMPAGNIE PÉRIPHÉRIQUES

Formé à la mise en scène à l’Académie Russe des Arts du Théâtre de Moscou avec Natalia Zvereva et Anatoli Vassiliev, il a mis en scène plus d’une vingtaine de spectacles professionnels et dirigé une trentaine de lectures. Hétéroclite dans son parcours, il aspire principalement à la découverte de nouveaux textes qui tendent vers un bousculement de la forme théâtrale aussi bien pour l’acteur que pour le public. La formation de l’acteur autour des écritures contemporaines est un axe majeur de sa recherche artistique. Pédagogue, il a enseigné au conservatoire à rayonnement régional de Créteil (94), où il préparait les élèves aux concours des écoles nationales.

Cette saison, il reprend en ouverture de saison Les Gros Mots d’Hervé Mestron avec la jeune troupe de la Ferme de Bel Ébat puis met en scène Chien, Femme, Homme de l’autrice suisse Sibylle Berg.

Il anime également avec les artistes de sa compagnie plusieurs ateliers en milieu scolaires ainsi que la stage « Reprendre confiance par le travail » dont la restitution public se fera en 1ère partie de Chien, Femme, Homme et dirige la création de trois fictions radiophoniques avec la jeune troupe de la Ferme de Bel Ébat.

 

Florian Goetz et Jérémie Sonntag
COMPAGNIE LES ARPENTEURS DE L’INVISIBLE

Les metteurs en scène Florian Goetz et Jérémie Sonntag

Comédiens et metteurs en scène, Florian Goetz et Jérémie Sonntag fondent en 2011 la compagnie Les arpenteurs de l’invisible. Ils proposent un théâtre populaire, poétique et politique ; un théâtre de la pensée par la sensation. Ils écrivent et mettent en scène des adaptations d’œuvres non théâtrales classiques ou contemporaines dont les sujets, la poésie et la langue explorent les questions métaphysiques et politiques liées à nos sociétés contemporaines. Leur écriture plurielle tisse par montage et mise en échos, une trame mêlant intimement théâtre et vidéo, tout en préservant la langue de l’auteur.

Cette saison à la Ferme de Bel Ébat, ils mettent en scène Frankenstein – N’ai-je pas raison de me lamenter de ce que l’humanité a fait d’elle-même ? à l’issue d’une résidence de création et animent des ateliers en milieu scolaire avec le soutien du ministère de la Culture – direction régionale des Affaires culturelle d’Île-de-France (département Théâtre du Service régional de la création)

Les résidences de créations sont des actions financées par la région Île-de-France.

 

 

CLASSE DÉPART

Jeunes de la classe départ de dos tendant les mains ver le haut

Créée dans les Hauts-de-France par l’Envol, centre d’art et de transformation sociale, la Classe Départ a été développée à Guyancourt par la Sauvegarde des Yvelines en partenariat avec la Compagnie In Cauda et la Ferme de Bel Ébat – Théâtre de Guyancourt.

C’est un groupe de jeunes, âgés de 16 à 25 ans, en situation d’exclusion suite à des ruptures scolaires, familiales ou sociales, recrutés en tant que volontaires du service civique, encadré par une équipe cœur d’artistes, qui interviennent en tant que tels, et accompagné par des travailleurs sociaux. Jeunes et artistes mènent ensemble des actions de médiation culturelle à destination de la population et plus particulièrement des personnes éloignées de la culture.

L’issue du projet prend la forme d’une création artistique inspirée du parcours de vie des jeunes et présentée dans un établissement culturel dans des conditions de travail similaires à celles d’artistes professionnels. Si chaque Classe Départ a pu jouer son spectacle dans un théâtre, La Ferme de Bel Ébat est le premier à inscrire ses spectacles dans sa programmation officielle. Ella va encore plus loin en lui offrant le statut d’artiste associée.

La Classe départ de Guyancourt est une franchise de l’Envol. Elle est financée par la Préfecture des Yvelines, le ministère de la Culture – direction régionale des Affaires culturelles d’’Île-de-France, la Mission locale du Service civique, la Ville de Guyancourt, la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, La Cité Éducative, la Ville de Trappes. Elle bénéficie du soutien de la Mission Local de Saint-Quentin-en-Yvelines, de l’IFEP, de la Commanderie – mission danse de Saint-Quentin-en-Yvelines et du réseau des médiathèques de Saint-Quentin-en-Yvelines.

 

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×