Artistes associés 22/23

Jeunes de la classe départ de dos tendant les mains ver le haut

 
CLASSE DÉPART

Créée dans les Hauts-de-France par l’Envol, centre d’Art et de Transformation sociale, Classe Départ a été développée à Guyancourt par la Sauvegarde des Yvelines en partenariat avec la Cie In Cauda et La Ferme de Bel Ébat – Théâtre de Guyancourt.

Classe Départ est une méthode de mobilisation vers l’insertion par la pratique artistique intensive, axée sur l’éducation à la citoyenneté et le développement de l’employabilité, dont l’issue prend la forme, au bout de sept mois, d’un véritable spectacle interprété par les jeunes dans des conditions professionnelles. Plus qu’un dispositif d’insertion, Classe Départ est une aventure, un voyage à la rencontre d’eux-mêmes par le biais des arts et la culture pour leur redonner le plaisir d’apprendre, de penser, de s’interroger et de retrouver le chemin de l’inclusion sociale et professionnelle.

Les jeunes de Classe Départ 12 ouvrent la saison avec Mes jours brûlés éclaireront ceux à venir avant de laisser à un nouveau groupe qui se produira en mai dans la création Un jour dans la nuit. Les artistes qui les accompagnent présentent Une histoire du temps au galop, Gargantua, Le silence ou la culpabilité d’Agamemnon et 501 Blues

La Classe départ de Guyancourt est une franchise de l’Envol. Elle est financée par la Préfecture des Yvelines, le ministère de la Culture – direction régionale des Affaires culturelles d’’Île-de-France, la Mission locale du Service civique, la Ville de Guyancourt, la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, La Cité Éducative, la Ville de Trappes. Elle bénéficie du soutien de la Mission Local de Saint-Quentin-en-Yvelines, de l’IFEP, de la Commanderie – mission danse de Saint-Quentin-en-Yvelines et du réseau des médiathèques de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Jeanne Azoulay et Amine Boussa
COMPAGNIE CHRIKI’Z

Pour la première fois, La Ferme de Bel Ébat accueille des chorégraphes en tant qu’artistes associés. La Compagnie Chriki’Z explore un mode de création qui lui est propre. L’ambition d’Amine Boussa est de transposer sur scène l’esthétique d’un art, sans querelle de classification. Jeanne Azoulay, quant à elle, poursuit la démarche de la compagnie en poussant la recherche et l’exigence du mouvement, qu’il soit minimaliste ou performatif mais toujours incarné. La compagnie compte à ce jour 6 créations, qu’elle a jouées dans 12 pays. L’IniZio a obtenu le prix de la critique au KingFestival 2019 à Novgorod en Russie.

Cette saison, à l’issue d’une résidence, la compagnie crée FiBraM. Elle anime plusieurs ateliers en milieux scolaires et en direction des habitant·e·s, dont la création chorégraphique participative – -VOLT-S.

Delphine Noly
COMPAGNIE LA TORTUE

Delphine Noly fonde sa compagnie à Besançon en 2005. Par sa démarche artistique pluridisciplinaire, elle interroge et décale la place du conteur. Ses créations se situent à cet interstice entre les arts de la parole et le théâtre, le récit et la musique, la voix parlée et la voix chantée. Ses spectacles sont écrits pour toutes et tous et animés par le souhait de toucher l’adulte qui est dans l’enfant et l’enfant qui est dans l’adulte. Ils prennent appui sur des textes de la littérature orale ou d’œuvres du répertoire contemporain jeunesse.

Durant la saison 2022-2023, la compagnie est en résidence de création pour Rêve d’air et jouer Rêve de Pierres. Elle mène également le projet de résidence territoriale artistique et culturelle en milieu scolaire Que celui qui n’a jamais rêvé nous jette la première pierre pour la réalisation d’un livre-CD original distribué à tous les élèves de CP à la rentrée 2023.

Florian Goetz et Jérémie Sonntag
COMPAGNIE LES ARPENTEURS DE L’INVISIBLE

Comédiens et metteurs en scène, Florian Goetz et Jérémie Sonntag fondent en 2011 la compagnie Les arpenteurs de l’invisible. Ils proposent un théâtre populaire, poétique et politique ; un théâtre de la pensée par la sensation. Ils écrivent et mettent en scène des adaptations d’œuvres non théâtrales classiques ou contemporaines dont les sujets, la poésie et la langue explorent les questions métaphysiques et politiques liées à nos sociétés contemporaines. Leur écriture plurielle tisse une trame mêlant intimement théâtre et vidéo, tout en préservant la langue de l’auteur.

Cette saison à la Ferme de Bel Ébat, ils mettent en scène Frankenstein puis Rilke à l’issue d’une résidence de création. Ils dirigent la jeune troupe de La Ferme de Bel Ébat dans la création de À l’aube et animent ateliers en milieu scolaire avec le soutien du ministère de la Culture – Drac Île-de-France (département Théâtre du Service régional de la création).

 

Les résidences de création bénéficient du soutien du ministère de la Culture – Drac Île-de-France (département Théâtre du service régional de la Création). Actions financées par la Région Île-de-France.

 

 

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×