Vous êtes ici : La Ferme de Bel Ébat / Le théâtre

Le théâtre

Ferme de Bel Ebat

Un projet culturel pour la ville

Guyancourt a placé la culture au cœur de son projet de ville, de manière volontariste, réaliste et exigeante et entend le dire haut et fort. Attentif aux évolutions de la société, le projet culturel de la ville revendique clairement un territoire ouvert à la diversité culturelle, le soutien à la création artistique et aux esthétiques innovantes, la reconnaissance des pratiques artistiques des habitants et des amateurs.

Un réseau de partenaires sur la ville

Pour ce faire, notre commune a la chance de disposer d’un réseau actif de partenaires : les équipements culturels de diffusion et de formation – le centre culturel de la Ferme de Bel Ebat, le pôle musiques « La Batterie » et la salle d’exposition mais également les maisons de quartier et les associations, qui chacune à leur façon, sont engagées dans une démarche d’action culturelle qui vise l’épanouissement de chacun de ses habitants.

Construire des ponts

Construire des ponts plutôt que dresser des murs, telle est l’ambition de la politique culturelle de notre ville. Susciter la curiosité, s’ouvrir au monde, apprendre, créer, partager, tels sont les principes qui guident l’ensemble des partenaires qui travaillent sur ce territoire au service des habitants.

 

Éditorial

Envolez-vous !

Les humains érigent des murs. Des murs pour empêcher les uns de venir ; des murs pour empêcher les autres de partir : de la grande muraille de Chine à la ligne Maginot, du mur de l’Atlantique au rideau de fer, du mur de Berlin à l’enceinte de Gaza, du grillage de Melilla à la clôture électrifiée du Botswana, de l’hermétique frontière américaine à la barrière de sable saoudienne, des barbelés aux portes de l’Europe à la haie d’aubépine du clos de Monsieur Seguin, du treillage du jardin qu’il faut cultiver à la palissade du potager des voisins…
Comment, à défaut de toujours pouvoir les détruire, peut-on tenter de les franchir ?
Banksy, figure majeure de l’art urbain, s’est rendu en Cisjordanie en 2005 pour peindre le mur de séparation érigé entre les territoires palestiniens et l’État d’Israël. Il a réalisé au pochoir cette petite fille qui s’élève dans les airs pour franchir le mur sur lequel elle est bombée. Un graffiti en signe d’espoir. Un message poélitique.
Cette image symbolise la nouvelle saison de La Ferme de Bel Ébat, car nous avons la profonde conviction que l’art et la culture permettent justement à chacun de s’élever pour dépasser les absurdes obstacles que les humains dressent entre eux.
La culture est le noyau dur du vivre ensemble. La naissance du théâtre coïncide avec l’invention de la démocratie dans la Grèce antique. Cet art de la représentation redonne du sens au monde et permet de créer du commun dans la société. Dans la lignée de Victor Hugo – à qui l’on attribue la formule : Ouvrez une école et vous fermerez une prison –, le dramaturge anglais Edward Bond écrit : Le théâtre doit servir à fermer les prisons, sinon il faut fermer les théâtres. C’est pourquoi, au-delà même des spectacles programmés qui sont autant de fenêtres ouvertes sur le monde, l’éducation artistique et culturelle est au cœur du projet du théâtre de Guyancourt. Son équipe organise avec les compagnies en résidence plus de mille et une heures d’ateliers et de stages en direction des élèves, de la maternelle au lycée, et des habitants.

Yoann Lavabre
Directeur

Sommaire

Règlement intérieur

La Ferme de Bel Ébat, théâtre de Guyancourt est un établissement en régie directe de la ville de Guyancourt. Il est composé d’une salle polyvalente comprenant un espace scénique, une fosse à gradins de 52 places assises et d’un gradin escamotabl...

La petite histoire de la Ferme de Bel Ébat

Le Théâtre, scène nationale, ne porte pas d’autre nom que celui de sa Ville. La Maison de la Poésie, elle, s’appelle Maison de la Poésie. Mais le théâtre de Guyancourt se nomme La Ferme de Bel Ébat, car c’est dans l’ancienne ferme de ce nom que no...